J'avais expliqué dans un précédent article que je travaillais pour Oxus, une institution de micro-crédit créée par et sous la tutelle d'Acted, sans donner plus de détails. Les premiers mois ici, je travaillais également pour la section AME (appraisal, monitoring et evaluation) d'Acted, département qui se charge d'évaluer l'avancement des projets (monitoring), leurs impacts (evaluation), et de faire un point sur la situation dans telle ou telle région pour déterminer par exemple qui va bénéficier du prochain projet (appraisal) : dans quels villages va-t-on installer des pompes ? Dans quels districts va-t-on mener une campagne de prévention de la malaria ? ... ?

Au sein de l'AME, ce que je faisais était assez ennuyant. Plutôt chiant même. Collecter les résultats d'une campagne de sondage de la population (exemple de questions : "Est-ce que la compagnie X est bien passée chez vous pour désinsectiser votre maison pour tuer les moustiques ?", "Vous a-t-on demandé de payer pour ce service ?"), les analyser, et écrire un rapport ("95% de la population a bien bénéficié du projet, personne n'a eu à payer pour cela, la mission est un succès"). J'étais donc dans un bureau, à taper des rapports. Youpi.

Au sein d'Oxus, je suis chargé de reprendre en main un projet qui n'avançait plus depuis plusieurs mois. Depuis maintenant un an, Octo une entreprise de conseil en technologies de l'information, développe pour Oxus un nouveau logiciel nommé Octopus, logiciel permettant de gérer les prêts, la base de donnée client, etc. Mon travail consiste à vérifier le bon avancement de ce projet :

  • communiquer à Octo les problèmes rencontrés avec la version actuelle de leur logiciel pour qu'ils l'améliorent,
  • rester en contact avec les utilisateurs sur le terrain, voir avec eux s'ils ont des problèmes avec ce nouvel outil, voir avec eux quels sont les améliorations qui peuvent être apportées.

Donc jusqu'à fin décembre, j'avais "le cul entre deux chaises", pas vraiment de statut ni de position et encore moins de termes de référence... Je suis revenu en Janvier avec l'intention de consacrer 100% de mon temps à Oxus. Il a donc fallu écrire mes termes de référence pour définir ma position et ma mission au sein d'Oxus, afin d'avoir une vraie légitimité et un réel soutien dans mon travail. N'ayant pas de supérieur (puisque pas de position... oui, c'est un bordel incroyable), j'ai donc moi-même écrit mes termes de référence. Incroyable non ? C'est l'avantage (ou l'inconvénient, cela dépend) de travailler pour Acted : c'est un peu bordélique, on est complètement libre de faire ce que l'on veut.

Ma mission que je me suis attribuée consiste à continuer à coordonner le développement du logiciel, et à aller visiter chacune des bases du Tadjikistan pour installer ou ré-installer le logiciel (souvent inutilisé et abandonné), former ou re-former le personnel (qui souvent a tout oublié) à l'utiliser. Puis, conformément à mes termes de références :-) , je m'envolerai ensuite pour le Kirghizstan pour y faire la même chose. Une fois cette première phase terminée, je referai un tour dans chacune des base pour m'assurer que tout se passe bien, évaluer l'impact de ce nouvel outil sur l'organisation du travail et formuler des recommandations pour régler les éventuels problèmes posés par son utilisation. Ce travail me plait puisque je vais être amené à visiter les bases d'Acted/Oxus, en Asie Centrale (si mes termes de référence sont respectées évidemment, ce qui n'est pas sûr...) et car l'on me donne de réelles responsabilités (en fait, on ne m'a rien donné de tout, je me les suis appropriées).

Cette semaine, je suis allé à Kurgan-Tube (prononcez "Courgane tioubé"), au Sud, première étape de mon voyage. Je suis rentré hier à Douchanbé pour le weekend, et devrait prochainement partir pour Khujand (prononcez "Routjann"), au Nord. Dans le prochain article, je raconterai ma semaine à Kurgan-Tube.