Depuis que je suis arrivé, en octobre, j'ai ressenti trois ou quatre tremblements de Terre en Asie Centrale. Rien de bien méchant, je me situais toujours à quelques centaines de kilomètres de l'épicentre.

Ce matin, la secousse a duré plus longtemps que d'habitude cependant. Au moins 30 secondes puisqu'elle a réussi à me réveiller. On pouvait entendre les fenêtres et portes claquer, le plafond faisait de drôles de craquement, la porte de mon armoire s'ouvrait et se fermait, ... Sensation étrange : on se demande toujours ce qui se passe pendant plusieurs secondes avant de comprendre qu'il s'agit d'un séisme. Particulièrement lorsqu'on dort d'ailleurs.

Arrivé au bureau, coup d'oeil aux nouvelles : il s'agissait d'un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter qui a eu lieu sur la frontière entre le Pakistan et l' Afghanistan.

Oui, l'Asie Centrale est une zone sismique, sur la frontière entre la plaque Indo-australienne et la plaque Eurasiatique.

A ce propos, il existe un lac au Tadjikistan dans la région du Pamir, appelé lac Sarez, qui s'est formé à l'occasion d'un tremblement de terre qui a eu lieu en 1911 : un éboulement avait alors obturé la vallée de la rivière Murghab et formé un barrage artificiel, l'un des plus haut au monde. Le lac s'étend sur 60km et est profond de 500m. Beaucoup de gens au Tadjikistan (et ailleurs d'ailleurs) pensent qu'un nouvel épisode sismique dans cette région pourrait détruire ce barrage, ce qui causerait une inondation géante qui atteindrait même l' Ouzbékistan.